Advanced search in Research products
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Subject
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
The following results are related to Digital Humanities and Cultural Heritage. Are you interested to view more results? Visit OpenAIRE - Explore.
6 Research products, page 1 of 1

  • Digital Humanities and Cultural Heritage
  • Publications
  • Research software
  • 2013-2022
  • Open Access
  • French
  • Hyper Article en Ligne
  • Hal-Diderot

Relevance
arrow_drop_down
  • Open Access French
    Authors: 
    Bruno Dumons;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    En choisissant de mettre à l’honneur des citoyens modèles, notamment grâce à la technique des décorations, la Troisième République a recours à une pédagogie par l’exemple pour installer durablement une culture méritocratique dans la société française. Pour cela, elle invente de nouvelles médailles tout en s’appropriant celles qui avaient été créées sous les régimes précédents comme la plus prestigieuse d’entre elles : la Légion d’Honneur (1802). Si l’historiographie des usages symboliques de la République a été rendue solide avec les travaux de Maurice Agulhon sur la Provence, moins connues sont ces « élites de l’honneur » dont les archives publiques ont conservé les traces. En explorant le célèbre « Var rouge », il nous a été permis de cerner le profil de ces élites méditerranéennes que l’État républicain a souhaité honorer entre 1870 et 1940. Parmi celles-ci, se distingue la catégorie des maires, en particulier ces « bons maires » qui œuvrent pour la « républicanisation » de la société. Ce sont quelques-unes de ces personnalités qui seront présentées dans ce chapitre. In designating model citizens through processes like decorations, the French Third Republic set examples to establish a culture of meritocracy in French society. It invented new medals and appropriated existing ones created by former regimes, including the most prestigious of all: the Légion d’Honneur (1802).Although the historiography of the Republic’s symbolic practices has been augmented by Maurice Agulhon’s works on Provence, this “elite of honour” whose trace remained in public archives is not well known. We explored the “Var rouge” (the predominantly left-wing Var département) to study the profiles of this Mediterranean elite which was honoured by the Republican state between 1870 and 1940. These include the category of mayors, in particular the “bons maires” who contributed to the “republicanisation” of society. This chapter presents a few of these personalities.

  • Open Access French
    Authors: 
    Arnaud Dubois;
    Publisher: Centre d´Histoire et Théorie des Arts
    Country: France

    À partir d’une étude croisée de la littérature savante sur la polychromie antique et industrielle et de données issues d’une enquête de terrain sur une architecture contemporaine qui prend ses distances avec les couleurs fonctionnelles de l’architecture moderniste, cet article montre qu’une approche ethnographique des pratiques coloristes permet de dégager une historiographie largement sous-évaluée des travaux sur l’art coloriste en architecture moderne. En rendant compte des entretiens que j’ai eus avec Patrick Bouchain et Daniel Buren sur leurs positions théoriques sur la coloration des murs et en confrontant leurs réponses aux théoriciens du XIXe siècle en Europe, j’aborde la délicate question de la coloration du Centre Pompidou Mobile. Relève-t-elle ou non d’une démarche « décorative » ? Based on a cross-examination of scholarly literature on antique and industrial polychromy and data from a fieldwork about a contemporary architecture that takes its distances from the functional colors of modernist architecture, this paper examines how an ethnographic approach to colorist practices reveals a widely undervalued historiography on colorist art in modern architecture. In reviewing the interviews I had with Patrick Bouchain and Daniel Buren about their ideas about coloring of walls and in comparing their answers to the nineteenth-century european theorists, I address the delicate question of the coloring of the Center Pompidou Mobile. Is it a « decorative » approach ?

  • Open Access French
    Authors: 
    Rouzeau, Benoît; Bocquet-Liénard, Anne; Moulis, Cédric;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Les fouilles programmées réalisées à l’abbaye de Morimond entre 2004 et 2011 ont livré un lot de carreaux de pavement exhumés dans divers niveaux de remblais issus de bâtiments du quartier des hôtes. Les cisterciens de Morimond, comme c’est l’usage dans les autres résidences monastiques et aristocratiques du XIIe au XVIe siècle, ont choisi des motifs variés pour les sols de leurs bâtiments. Leur étude métrologique et archéométrique permet de distinguer clairement des groupes techniques et d’en associer certains aux argilières exploitées près de la tuilerie monastique. L’étude comparative des motifs connus dans l’ordre cistercien et dans des bâtiments de la moitié nord de la France montre peu de similitudes et suggère que l’atelier de Morimond, qui a fourni l’abbaye, a eu une production originale. Excavation of the Abbey of Morimond between 2004 and 2011 revealed a set of floor tiles discovered in different levels of filling from buildings in the guest quarter. As was customary in other monastic and aristocratic residences from the 12th to 16th centuries, the Cistercians of Morimond chose different motifs for the floors of their buildings. Metrological and archaeometric study clearly disclosed the batches made using the same technique and allowed some of them to be associated with clay pits near the monastic tilery. Comparison of the motifs known in the Cistercian order and the north of France revealed few similarities and suggests that the Morimond workshop, which supplied the abbey, designed its own tiles. Bei den in der Abtei von Morimond zwischen 2004 und 2011 durchgeführten Grabungen wurde aus unterschiedlichen Schuttschichten der Gebäude des Gästequartiers ein Posten Bodenfließen freigelegt. Die Zisterzienser von Morimond haben, wie es in den klösterlichen und fürstlichen Residenzen des 12. bis 16. Jahrhunderts allgemein üblich war, unterschiedliche Motive für die Böden ihrer Gebäude ausgewählt. Die metrologische und archäometrische Studie der Bodenfließen erlaubt es, die technischen Gruppen klar zu unterscheiden und einige den in der Nähe der klösterlichen Ziegelbrennerei ausgebeuteten Tongruben zuzuordnen. Der Vergleich mit den im Orden der Zisterzienser und den Klöstern Nordfrankreichs bekannten Motive weist wenig Ähnlichkeiten auf und legt nahe, dass die Werkstatt von Morimond, welche die Abtei beliefert hat, eine eigenständige Produktion besaß.

  • Open Access French
    Authors: 
    Mathilde Carrive;
    Publisher: École française de Rome

    International audience; Through a detailed examination of a sample from both towns, this paper presents a joint study of houses in Rome and Ostia in the 2nd c. AD. Taking into account the plan, circulation axes, architectural structures and decoration, the type of analysis performed here has been frequently conducted on houses from the Vesuvian cities but rarely on later periods. By applying it to 2nd c. AD domestic space, we wish to shed a light on the evolution of spatial organisation and its socio-economic implication during this period. We focus on high-status buildings, regardless of the type of housing. In doing so, the aim is twofold: first, to question the contrast between domus and insula; second, to investigate how the 2nd c. élites conceived and inhabited their houses in the heart of the Roman Empire.; Cet article propose une étude conjointe des contextes domestiques de Rome et d’Ostie, au IIe s. ap. J.-C., à travers l’examen détaillé d’une série d’édifices des deux villes. Ce type d’analyse, qui prend en compte à la fois le plan, les circulations, les structures et le décor, a été mené sur les contextes vésuviens de la fin de la République et du début de l’Empire, mais n’a guère été développé pour les périodes postérieures. En l’appliquant ici à l’espace domestique du IIe s. ap. J.-C., nous espérons mettre en lumière pour cette période l’évolution de l’organisation spatiale des maisons et ses enjeux socio-économiques. L’enquête se concentre sur les édifices d’un niveau socio-économique élevé, quelle que soit la typologie de l’habitat. L’objectif est ainsi de réfléchir à la signification de l’opposition domus / insula, tout en affinant notre compréhension des modes d’habiter de l’élite du IIe s. au cœur de l’Empire.

  • Open Access French
    Authors: 
    Estelle Thibault;
    Publisher: HAL CCSD

    International audience; Over recent decades various studies have permitted a reassessment of the role of textile metaphors and analogies in the development of architecture from the mid-nineteenth century to the 1930s. This historiographic renewal, which relates to the considerable expansion of creative use of textiles in contemporary architecture, is part of the current revival of interest in ornament and has notably benefited from various analyses of the writings of Gottfried Semper, published in the wake of their translation for non-German-speaking readers. This article considers Semper’s seminal work and its immediate echoes before providing an overview of recent studies that have reconsidered the place of textile references in architectural theory and practice around 1900. Two main areas of investigation have emerged. The first concerns the productiveness for modern architecture of ideas on the possible textile origins of internal partitioning and the development of covering materials and designs in the light of different interpretations of Semper’s notion of dressing (Bekleidung). The second explores the parallels between dress and buildings, notably dwellings. The involvement of architects in the design and critique of garments and their analyses of fashion as both culture of appearances and socioeconomic process appear as particularly interesting prisms through which to view architectural debates at the dawn of the avant-garde movements.; Ces dernières décennies, un ensemble important de publications ont réévalué le rôle des métaphores et analogies textiles dans les évolutions de l'architecture entre XIX e et XX e siècles. L'expansion considérable de l'imaginaire textile dans l'architecture contemporaine comme dans les discours qui l'accompagnent interagit avec ce renouveau de l'historiographie. En témoignent plusieurs numéros spéciaux de revues – « Coating » (Rassegna, 1998), « Textiles » (Archithese, 2000), « Architextiles » (Architectural Design, 2006) – qui, tout en offrant un panorama de projets et de réalisations, tentent de les inscrire dans une généalogie conceptuelle et rejoignent à ce titre certaines problématiques des recherches historiques. En observant cette littérature architecturale récente, on peut apprécier le caractère multiforme des références à l'univers du tissu et du vêtement. Bien au-delà de l'utilisation littérale de matériaux souples, toiles tendues et membranes, se dessine un vaste champ d'expérimentations où les figures flexibles et entrelacées contaminent la conception des édifices. Ossatures, façades et enveloppes déclinent des motifs de mailles, tressages, dentelles et autres enchevêtrements, témoignant des potentialités nouvelles quant à la mise en forme, à l'ère numérique, de matériaux aux propriétés hybrides. Parce qu'elle renvoie également aux processus de fabrication, l'activité textile est emblématique d'une création tout à la fois ancrée dans des traditions culturelles anciennes et soumise aux techniques de production les plus contemporaines. Elle nourrit de ce fait des interrogations critiques sur la dimension anthropologique d'une conception architecturale dont le rapport à la matérialité s'est profondément modifié, au moment même où s'opérait le « tournant matériel » dans les sciences humaines et sociales. Enfin, d'autres parentés entre édifice et vêtement sont réactivées par les connivences entre l'architecture et l'univers de la mode, à l'heure où les

  • Open Access French
    Authors: 
    Silvana Condemi; Jean-Luc Voisin; Laurent Puymerail; Julien Monney; Michel Philippe;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; The opening of the Deux-Ouvertures cave is on the left bank of the Ardèche River, just before the canyon exit on the land of the village of Saint-Martin d’Ardèche in the Southwest of France. Although it has been known since 1896, the deep part of one of the galleries was not discovered until 1985. The surface of this gallery was covered by animal bones, 90% of which belonged to Ursus spelaeus. In 2007, two osseous human fragments were discovered: the distal part of an adult humerus and the diaphysis of a radius belonging to a young individual. These two specimens are the topic of the present paper. Although the date of the humerus (34,440–33,730 cal BP) corresponds to the period when bears frequented the caves, the dates of the diaphysis of the radius (4410–4570 cal BP), found at the heart of the “decorated Paleolithic sector”, lead us to assume that it was transported there, perhaps deliberately. The study of the two human bones originating in the Deux-Ouvertures cave illustrates that the diaphysis of the radius, belonging to a young individual of the Neolithic period, does not exhibit any differences in comparison to modern radii. By contrast, the distal part of the adult humerus, although it is incomplete and altered, is the first example that has been dated in the Ardèche of adult human remains associated with a decorated Paleolithic cave. This specimen, aside perhaps from the width of its median column, is rather slender and does not present any significant difference in relation to other upper Paleolithic humeri.; La grotte des Deux-Ouvertures s’ouvre en rive gauche peu avant la sortie des gorges de l’Ardèche, sur le territoire de la commune de Saint-Martin-d’Ardèche. Bien que connue depuis 1896, ce n’est qu’en 1985 qu’était découverte la partie profonde du réseau : une galerie qui présentait des ossements éparpillés sur le sol, dont plus de 90 % appartiennent à Ursus spelaeus. En 2007, deux fragments osseux humains – une partie distale d’un humérus adulte et une diaphyse de radius appartenant à un jeune sujet – ont été également mis au jour. Ils font l’objet de cet article. La datation de l’humérus (34 440–33 730 cal BP) s’inscrit au sein de la phase de fréquentation par les ours des cavernes, alors que la datation de la diaphyse du radius (4410–4570 cal BP) en plein cœur du « secteur orné paléolithique » laisse supposer qu’il a été déposé, peut-être, de façon délibérée. L’étude des deux os humains provenant de la grotte des Deux-Ouvertures montre que la diaphyse radiale, appartenant à un sujet jeune, d’âge Néolithique, ne présente pas de différence en regard de radius modernes. En revanche, la partie distale de l’humérus d’un sujet adulte, bien qu’incomplète et altérée, est le premier reste humain d’adulte, associé à une grotte ornée paléolithique en Ardèche, à avoir été daté. Ce dernier, exception faite peut-être pour la largeur du pilier médian, est plutôt gracile et ne présente pas de différence significative avec les autres restes du Paléolithique supérieur.